Sommets Suisses

48 sommets suisses culminent à plus de 4000m

Formant une barrière de plus de 1200 kilomètres entre la Mer Méditerranée et le Danube, les Alpes sont une chaîne de montagnes s’étendant sur 8 pays européens à savoir, par ordre alphabétique, l’Allemagne, l’Autriche, la France, l’Italie, le Liechtenstein, Monaco, la Slovénie et enfin la Suisse.

 

C’est d’ailleurs dans ce dernier pays que se trouve la majeure partie des principaux sommets alpins puisque des 82 culminant à plus de 4000 mètres d’altitude, 48 sont situés en territoire helvète.

 

Les Alpes Suisses se divisent en deux parties fréquemment appelées Alpes occidentales et Alpes orientales. C’est dans la première que se situent 47 des 48 principaux sommets suisses puisqu’elle intègre une partie du Massif du Mont Blanc, le Massif du Chablais, les Alpes valaisannes, les Alpes lépontines, les Alpes bernoises, les Alpes uranaises, les Alpes glaronaises et les Préalpes appenzelloises.

 

A la conquête des principaux sommets suisses

Depuis plus d’un siècle, nombreux sont les alpinistes qui ambitionnent d’atteindre le plus grand nombre de sommets alpins dépassant 4000 mètres d’altitude. Toutefois, puisqu’aucun sommet ne pose individuellement de difficultés pour des alpinistes chevronnés, c’est désormais l’enchaînement des sommets des plus de 4000 mètres en un temps limité qui fait office d’objectif pour les plus expérimentés. D’ailleurs, certains grands alpinistes ont choisi de réaliser un achat immobilier en Suisse (voir notre article de conseils pour trouver le logement idéal) afin d’être au plus près de la montagne qu’ils espèrent dominer.

 

L’Union Internationale des Associations d’Alpinisme (UIAA) a d’ailleurs établi une liste officielle des « 4000 » et ils sont 82. 48 d’entre eux sont localisés en Suisse mais si ces sommets sont mythiques en raison de leur altitude « symbolique », bien d’autres attirent les amateurs de randonnée et d’alpinisme simplement désireux de s’adonner à leur passion à l’occasion d’un séjour de vacances en terre helvète.

 

Aussi, tous les amoureux de balade en montagne, des novices aux plus expérimentés, auront la possibilité de partir à la conquête des sommets suisses en sollicitant un guide de haute montagne. Celui-ci, en fonction de l’expérience et du profil de ses « clients » déterminera un parcours, l’objectif étant de faire découvrir la beauté des paysages et peut-être d’atteindre un haut sommet des Alpes.

 

Une liste des principaux sommets suisses

 

Sur le sol suisse, plusieurs sommets sont très prisés des amateurs d’alpinisme et de randonnée en montagne. Voici une liste non exhaustive des plus emblématiques :

 

  • La pointe Dufour, nommée ainsi en souvenir du cartographe suisse Guillaume Henri Dufour, est le point culminant du Mont Rose et de la Suisse puisque situé à 4634 mètres d’altitude

 

  • Le Dom des Mischabel, qui culmine à 4545 mètres, est le plus haut sommet exclusivement situé en Suisse

 

  • Le Weisshorn (4505m) sépare les vallées de Zermatt et d’Anniviers

 

  • Le Mont Cervin, montagne la plus célèbre de Suisse en raison de sa forme pyramidale, culmine à 4478 mètres

 

  • La Dent Blanche, qui compte parmi les 5 sommets suisses constituant la « couronne impériale », culmine à 4356 mètres d’altitude

 

  • Le Finsteraarhorn (4274m) est le point culminant des Alpes bernoises

 

  • Le Zinalrothorn (4221m) est un autre sommet de la « couronne impériale »

 

  • La Jungfrau (4158m), nommée ainsi en référence aux nonnes qui possédaient des alpages en altitude, est célèbre pour abriter le plus haut chemin de fer à crémaillère d’Europe puisque les trains font terminus à une gare bâtie à 3400 mètres d’altitude

 

  • L’Ober Gabelhorn (4063m), dans le canton du Valais, est le moins élevé des sommets suisses de la « couronne impériale »

 

  • Le Piz Bernina (4049m) est le point culminant des Alpes Orientales sur le sol suisse. Il se situe au cœur de la chaîne de montagnes du même nom.